HAPPYCHALLENGE

#happychallenge – Ce que j’ai appris lors de mon mois végétarien ! 

happy challenge - vegetarien - happyimpactÉtonnement, lorsque mon challenge végétarien d’un mois s’est terminé, je n’ai pas du tout eu envie de me jeter directement sur un steak. Cette expérience a réellement mis une distance entre la viande (et le poisson) et moi. Cela m’a permis de réaliser à quel point, nous avons oublié que derrière les carbonaras, les hamburgers, les apéro saucissons, il y a des animaux et que finalement nous ne sommes pas obligés d’en manger tous les jours. Voici les quelques enseignements de mon premier Happy Challenge :

  1. Être végétarien, c’est possible. Quand on parle de végétarisme, souvent on a le droit à des réflexions du type « je ne sais pas comment tu fais, pour moi ce serait IMPOSSIBLE ». C’est une fausse idée ! C’est possible et c’est même pas si compliqué que cela. La première semaine, on peut se sentir un peu « perdu » par rapport à sa satiété, mais, si on ré-équilibre bien son régime ça passe au bout de 15 jours max. Je vous assure : on peut vivre et même apprécier ce que l’on mange sans manger aucun animal !
  2. vegetarien - cantine -Être végétarien, ce n’est pas si facile. Durant ce mois, j’ai réalisé à quel point nous sommes sur-sollicité par des propositions de mets composés de viande ou de poisson. Dans les cantines, les plats proposés sont majoritairement à base de viande et lorsque l’on veut manger végétarien, on se retrouve le plus souvent à devoir manger des « accompagnements ». Comme si, en tant que végétarien, nous n’avions pas le droit de manger un plat cuisiné savoureux. D’ailleurs, petite victoire, à force de lobbying interne, mon restaurant d’entreprise propose maintenant 3 fois par semaine un plat végétarien. Je sème des graines…! Dans les restaurants, il n’y a parfois rien du tout à la carte prévu pour les végétariens. En général, on a le droit aux yeux levés du serveur et il nous demande « mais quel végétarien? le poulet ça marche? » « Le poulet, c’est de la viande à ce que je sache non? ». Enfin, à la maison, il faut se creuser un peu pour casser le schéma inculqué depuis notre enfance d’une assiette composée de protéines animale + féculents + légumes. J’ai pu expérimenter des bons mets tel que le curry de pois chiches, le risotto de coquillettes aux petits pois ou le tofu grillé au sésame. Ça change des pâtes au jambon et c’est délicieux !
  3. vegetarien - soupe lentillesPour être végétarien, il faut prendre de la vitamine B12 en complément alimentaire. C’est une chose étonnante que j’ai apprise. C’est une vitamine essentielle pour notre santé et sa carence totale peut avoir des conséquences graves sur notre santé. On peut se dire que dans ce cas être végétarien ce n’est pas « naturel ». Mais, ce n’est pas si simple…! La vitamine B12 se niche dans des bactéries qui se trouve dans la terre. Dans la vie « naturelle », un animal ingère de la terre en mangeant et synthétise la vitamine B12 dans son système digestif. Puis, nous l’ingérons en mangeant la chair de l’animal. C’est là que cela se complique… Vous imaginez bien que la plupart des animaux que nous mangeons n’ont plus de contact avec de la terre… Pour éviter une carence mondiale, de la vitamine B12 synthétique est injectée ou ajoutée dans l’alimentation des animaux. Finalement, que ce soit via un animal ou via un comprimé direct nous avalons tous de la vitamine B12 synthétisée…! J’avoue que cette histoire m’a laissé une drôle d’impression… Finalement, ce qui n’est pas naturel c’est de manger de la viande industrielle !
  4. végétarien - panisseÊtre végétarien c’est (re)-apprendre à manger : un des points que j’ai préféré dans l’expérience. Supprimer la viande, c’est s’obliger à comprendre nos besoins et à remettre en question nos acquis. Je viens d’une famille pro-protéines animale, alors il y a eu du boulot!  (nb : mon père a cru que j’étais enrôlé dans une secte quand je lui ai dit que je ne mangeais pas de viande pendant un mois). Pour me guider, j’ai lu le guide « Manger végétarien un peu, beaucoup, passionnément » J’ai appris qu’il fallait manger tous les jours des légumineuses, des féculents en variant les bases (épeautre, farine complète, de riz, de mais…), des fruits à coques et des fruits secs. J’ai appris à apprécié le tofu qui peut être facilement proposé aux enfants aussi. J’ai découvert le lait d’amande, la crème de soja, les graines de chia et la tartinade d’amandes (une tuerie!). L’idée est d’enrichir son alimentation par des aliments végétaux qui apportent des nutriments riches et variés. J’approfondirai cette étude lors du HappyChallenge « alimentations saine ».
  5. Être végétarien est le geste écologique le plus efficace que l’on puisse faire. Le documentaire Cowspiracy m’a simplement mis une claque. Je vous invite à le regarder pour comprendre à quel point en mangeant de la viande à outrance nous détruisons notre planète : déforestation pour l’élevage et pour l’alimentation du bétail, pollution des sols et des mers avec les déjections et bien évidement maltraitance animale… Côté pêche, rien de plus glorieux : de nombreuses études démontrent que la mer sera vide de poisson en 2048. Le bilan de notre gourmandise est lourde pour la planète. Diminuer sa consommation de viande et de poisson est d’un des gestes les plus puissants à faire pour la protection de la planète. Un petit film #datageule qui résume tout cela en trois minutes :

 

CONCLUSION #HAPPYCHALLENGE #1

happy challenge - doneSuite à ce mois 100%végétarien, je suis devenue officiellement FLEXITARIENNE. J’ai décidé de réduire au maximum ma consommation de viande et de poisson. Cette expérience a mis une distance qui fait que je me demande à chaque fois « est-ce bien nécessaire de manger un animal maintenant? ». Je l’avoue, je souhaite pour l’instant conserver la consommation de viande lors de moments de convivialité afin de savourer un plat en famille ou entre amis. Je privilégierai toujours de la viande bio pour ma santé et pour les conditions plus « humaines » offertes aux animaux dans ces élevages. Je pense quasiment abandonner le poisson dont la pêche dévaste nos océans et dont la qualité laisse de plus en plus à désirer.

Objectif à long terme suite à ce premier HappyChallenge 100% végétarien : manger de la viande ou du poisson deux fois par semaine maximum, bannir la viande d’origine industrielle et ne plus consommer le poisson (sauf pêche locale sur le littoral). Je compte aussi à terme baisser ma consommation de produits issu des animaux (lait et œuf), mais, c’est une prochaine bataille…

A suivre…!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s