HAPPYLIFESTYLE, HAPPYMUMMY

#246of365 – Fille d’immigrés…

filles-immigré
#247of365 – Fille et petite-fille d’immigrés
Sur cette photo, il y a une fille et une petite-fille d’immigrés… A 17 ans, mon père a fuit son pays pour échapper à la dictature, la misère et la guerre. Sous les conseils de sa mère, il est parti en clandestin à pied pour la France. Il a marché 11 jours de nuit uniquement, dormi dans des étables, pris des risques aux frontières…  Quand j’y pense, cela me semble à mille lieux de ma vie d’aujourd’hui… Il s’agit pourtant de mon père! 

Il est parti pour trouver un avenir meilleur et surtout du travail. Je suis la fille d’un couple d’immigrés portugais : mère gardienne, père ouvrier en bâtiment, le classique ! Ils ont eu une vie de labeur à accueillir le travail que la plus part ne souhaitaient pas faire. Seul Dieu sait ce qu’ils ont travaillés pour offrir à leurs enfants une vie meilleure. Ils ont réussi !

Je n’ai jamais manqué de rien. « Pas de grand luxe » dixit ma mère, mais toujours de quoi être digne et heureux. J’ai même eu la chance d’étudier. Un miracle quand on imagine que mes grands-parents ne savaient pas lire… Deux générations plus tard, j’ai intégré l’Edhec, une des écoles de commerce les plus prestigieuses de France. C’est presque incroyable… Je remercie de tout mon coeur mon père d’avoir tenté l’aventure il y a 50 ans. Il a eu la chance d’avoir à traverser les Pyrénées et non la mer Méditerranée pour y arriver…

C’est pourquoi, j’ai le coeur serré en pensant aux hommes et aux familles qui se lancent sur un radeau dans la perspective de rejoindre un pays en Paix. Ce ne sont pas eux qu’il faut condamner, mais, le monde a deux vitesses où nous vivons. D’un côté, les gâtés et de l’autre les laissé-pour-compte. Comment ne pas vouloir tout tenter pour rejoindre l’autre rive?

Quand je vois Céleste si paisible dans mes bras, je me dis que tous les parents du monde devraient pouvoir offrir cette paix et ce bonheur à ses enfants. Que pouvons-nous faire face à tant d’injustices? Pour ma part, j’ai fait un don à l’association Care International qui oeuvre dans les pays d’où partent les migrants. L’idéal serait que les hommes n’aient plus à quitter leurs terres natales pour espérer vivre dignement.

De ma lorgnette d’enfant d’immigrés gâtée par la vie, je soutiens tous ceux qui rêvent d’offrir une vie meilleure à leurs enfants et je rends hommage à tous ceux qui l’ont voulu mais qui n’ont pas réussi…

5 réflexions au sujet de “#246of365 – Fille d’immigrés…”

  1. L’une de mes meilleures amies est file d’immigrés portugais, un père maçon qui a fui la dictature et une mère gardienne qui la rejoint. Et je m’appelle Céleste. Autant dire que ton billet me parle (bon, il me parle sur le fond aussi, hein – quand bien même tu serais fille d’immigrés argentins et que tu aurais un fils appelé Casimir).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s